Le péché originel ?

À toi, de toutes origines et de toutes confessions, catholique, musulmane, juive ou autres qui croit au péché originel, à celui qui est la source de tous les péchés, voici une histoire qui va te faire réfléchir.

Il était une fois, un père aimant qui n’avait qu’un seul enfant et l’aimait de tout son cœur, et qui partageait tout avec lui et lui pardonnait tout. Parfois, quand il se levait la nuit, pour ses besoins naturels, il voyait de la lumière filtrer à travers les fenêtres de la porte de son bureau. Il savait que c’était son fils qui allait jouer sur son ordinateur. Il ne souffla pas un mot à son fils à ce sujet, jusqu’à ce qu’il se rende compte que ses notes scolaires en souffraient énormément.

Alors, il convoqua son fils pour lui dire qu’il savait qu’il allait dans son bureau la nuit pour jouer sur son ordinateur. Il lui proposa alors quelque chose. Il lui dit : « Mon fils, je sais que tu vas dans mon bureau la nuit pour jouer sur mon ordinateur, mais je me rends compte que cela ne te rend pas service, car tes notes en souffrent, de plus je n’aime pas que tu sois dans mon bureau. J’ai donc décidé que je vais installer dans ta chambre un ordinateur, une imprimante et tout ce dont tu as besoin pour travailler ; cependant, j’y fixe une règle que tu devras observer sans condition. À 23 h, je veux que tu fermes tout et que tu ne te lèves pas la nuit pour l’ouvrir et t’en servir, que ce soit pour jouer ou étudier, et ce, ne serait-ce qu’une seule fois, sans quoi je te chasse de cette maison. » Le fils, qui aimait aussi son père, surpris par cette diatribe et par ses conséquences, accepta quand même ses conditions.

Il réussit à observer la règle imposée pendant un certain temps, mais le temps faisant son œuvre et la tentation augmentant, d’autant plus qu’une amie à l’école lui avait donné un exemplaire du dernier jeu en vogue et qu’il doutait fortement que son père mette sa menace à exécution. Une nuit, il se leva, mit une couverture sous le bas de la porte pour que son père ne se rende pas compte que son ordinateur était ouvert, et il passa une partie de la nuit à jouer à son nouveau jeu.

Le lendemain matin, son père lui demanda : « Bonjour mon fils que j’aime. Depuis que je t’ai installé un ordinateur dans ta chambre, as-tu déjà contrevenu à mes conditions ? » Son fils répondit : « Non père jamais ! » Son père entra dans une grande colère, ce qu’il n’avait jamais fait et lui dit: « Mon fils, je savais que tu ne pourrais pas te retenir et j’avais installé une caméra-espionne dans ta chambre et j’ai vu que cette nuit tu n’as pu te retenir et en plus tu m’as menti. » « Pardon père de t’avoir menti, je ne le ferai plus jamais, ni ne désobéirai à ces règles. » « Il est trop tard mon fils, je t’avais prévenu, je t’aime et mon cœur saigne de te voir partir, mais quitte cette maison à jamais. »

Maintenant pour connaître l’histoire d’Adam et Ève écrite dans la Bible, tu n’as qu’à lire la Genèse 3 ; de 1 à 24.

Ne trouves-tu pas que celle de la Genèse s’apparente drôlement à celle plus haut, et les questions qui suivent sont aussi pertinentes dans un cas que dans l’autre.

Comment un père aimant, qui savait que son fils ne pourrait, un jour ou l’autre, se retenir de répondre à ses habitudes et à la tentation, peut-il faire ce qu’il a fait ? Comment un père, qui pardonne tout, peut-il refuser de pardonner à son fils cette seule erreur ? Comment peut-il le jeter dehors, alors qu’il l’aime de tout son cœur et qu’il sait combien il sera apeuré et malheureux dehors ? Pourtant, c’est ce que tu crois que Dieu a fait avec toi.

À tous ceux qui croient que Dieu, Allah ou Yahvé a chassé Adam et Ève du paradis terrestre, écoute bien ceci. Toi qui considères ton Dieu, peu importe son nom, comme aimant, miséricordieux, parfait, omniscient, omniprésent et éternel, comment peux-tu croire qu’il ne savait pas avant, qu’Ève soit tentée, qu’elle mangerait la pomme et tenterais par la suite Adam. Si ton Dieu est tel que tu le proclames, cela est impossible. Ou bien Dieu est fou, ou bien il n’existe pas. Si Dieu est fou, il est alors à la fois calme et colérique, aimant et haineux, miséricordieux et vengeur, parfait et imparfait, omniscient et ignorant, éternel et mortel, omniprésent et toi. S’il est fou, il est donc toi et moi, mais s’il est toi et moi, alors qui ou quoi aurait créé ce Monde dual et mortel ? Quelle est la toute première source de tout ce qui fut, de tout ce qui est et qui sera ? Et si, Dieu n’existe pas, alors les mêmes questions se posent et tu es et seras à jamais incapable de répondre à ces questions.

Comment peux-tu croire qu’un Dieu aimant et miséricordieux puisse assez être colérique et vengeur, pour détruire l’humanité par un déluge ou par d’autres catastrophes ?

Te rends-tu compte que depuis l’origine de ce Monde, toi, oh homme, tu considères la femme responsable de ta tentation, responsable, du fait, que vous avec été chassé du paradis terrestre, de l’Éden, responsable de ton péché ou de ce que tu crois comme tel. Te rends-tu compte que pour cette seule et unique raison, tu la considères comme pécheresse et que tu l’obliges à marcher un pas derrière toi, à se couvrir que ce soit les cheveux, ou tout le corps, même les yeux. Que tu la considères inférieure à toi. Que tu crois que Dieu ou Allah, t’as mis devant elle, non pas pour la protéger, mais bien parce que tu es supérieur à elle.

Allons, oh homme, réveille-toi, ou bien Dieu est Dieu et Allah est Allah, l’aimant, le miséricordieux, l’immortel et il ne t’a jamais chassé du paradis terrestre et que tu n’as jamais péché contre lui, ou bien tu crois au Dieu fou, indiqué plus haut, ou bien il n’y a pas de Dieu et ta vie ne signifie rien du tout.

Si ton Dieu est aimant, et qu’il a créé son Fils à sa ressemblance, alors si tu es son Fils, tu es aussi aimant, miséricordieux, omniscient, omniprésent et immortel. Mais alors pourquoi ta vie sur cette terre est-elle aussi merdique, pleine de peur, de colère, de haine et de vengeance et de mort si ce n’est de ta croyance en un péché qui n’existe pas et en ce Monde qui n’existe pas non plus, car créé par ta vision du péché et de la culpabilité ?

Oh homme!, cesse de te considérer comme supérieur à ta soeur, de la couvrir des pieds à la tête, de la dénigrer et de la rendre responsable de tes péchés. Il n’y a pas de péchés et il n’y en a jamais eu.

Pardon, paix et amour.

Mes livres sont maintenant disponibles dans le menu Mes livres. Le code promo s'applique sur le format papier. Ignorer